COMMENT FAIRE CONFIANCE À UNE ONG HUMANITAIRE?

 

À force de scandales, les donateurs se montrent de plus en plus méfiants à l’égard des organisations et associations humanitaires. Aujourd’hui, ils veulent être certains que leurs dons ne soient pas utilisés à mauvais escient.

Mais comment savoir si l’on peut faire confiance à une ONG humanitaire? Tarek, trésorier et l’un des membres fondateur de LIFE, répond aux 6 questions régulièrement posées par nos donateurs.

 1) Comment définirais-tu une bonne organisation humanitaire?

Une bonne ONG, selon moi, est une ONG qui est à l’image et à l’écoute de ses donateurs. Elle doit aussi être à l’écoute du terrain et de ses bénéficiaires, afin  de pouvoir leur apporter des projets qui visent l’empowerment et qui vont donc les aider à évoluer, à sortir d’une situation compliquée. Le travail d’une bonne ONG est donc de faire correspondre les aspirations de ses donateurs avec les besoins des bénéficiaires sur le terrain.

Enfin, une autre qualité est la transparence, notamment  au niveau du fonctionnement. Chez LIFE, nous encourageons par exemple les donateurs, influenceurs et ambassadeurs à rejoindre les missions sur le terrain pour justement rendre compte de la réalité à l’ensemble de nos donateurs. On est l’une des premières organisations dans le paysage humanitaire  français à avoir fait ça.

2) Depuis plusieurs années, les gens se montrent méfiants face aux associations et organisations humanitaires. Pour quelles raisons?

La première, c’est qu’il y a eu des scandales. Il y a eu des ONG où les dons n’ont pas été utilisés correctement. Cela crée une méfiance chez le donateur.

Deuxièmement, il y a un manque de pédagogie dans l’explication de comment fonctionne une ONG. Il est important d’expliquer qu’une ONG a des frais de fonctionnement, des frais opérationnels ou encore des frais de communication. Le donateur peut le comprendre. Mais si tu n’es pas totalement transparent par rapport à ça, les donateurs seront méfiants.

Je pense aussi que quand un donateur fait un don, c’est notamment parce qu’il veut aider les démunis, mais aussi parce qu’il souhaite vivre une expérience. Et cette expérience, tu dois le lui donner à travers un suivi de projet, un calendrier très précis des opérations et une communication fluide. S’il y a un retard ou un soucis sur un projet, il faut lui en expliquer les raisons. Sinon, la confiance sera brisée.

Enfin, il y a les problèmes de mauvaise gestion qui accentuent la méfiance envers les organisations humanitaires.

3. Dès lors, quelles sont les actions que doit mettre en place une ONG pour prouver sa confiance?

Il y a plusieurs choses, notamment au niveau de la relation donateurs. Est-ce que l’on respecte le donateur dans son don? Est-ce qu’il reçoit bien sa confirmation de don? Son reçu fiscal?

Chez LIFE, on prête une grande attention à cela. On a l’habitude de recevoir les donateurs dans nos bureaux ou au téléphone pour leur expliquer comment leur don sera utilisé sur le terrain. On a même des opérations où on fait du tracking GPS, afin que le donateur voit à quel date et à quel endroit son don sera distribué.

Il est important aussi de faire des newsletters régulièrement, avec un bilan des actions du mois précédent accompagné de photos et de témoignages. Il faut aussi pouvoir faire des rapports annuels digestes qui reprennent les actions réalisées par l’ONG, tels que le nombre de millions d’arbres plantés ou de millions de repas distribués.

Enfin, chez LIFE, nous emmenons des bénévoles ou des donateurs sur les missions. Or, quand un donateur voit quelqu’un qui lui ressemble sur le terrain, il s’identifie et ça le rassure. Les influenceurs viennent aussi rendre compte de la réalité du terrain sur les réseaux sociaux. Tous ces éléments aident à renforcer la confiance du donateur en l’organisation.

liban
Samia Orosemane et Daniil Le Russe, deux personnalités françaises, en mission sur le terrain au Liban.

4. Comment construit-on une relation de confiance, sur la durée, avec le donateur?

Premièrement, en ayant un service de relation donateurs qui soit digne des plus grandes marques du monde du luxe, c’est-à-dire avec un chemin où le donateur est pris en charge quand son don est fait. Quand on est au plus près du donateur, on peut lui donner des nouvelles “fraîches” régulièrement.

Il y a aussi beaucoup de physique, à travers l’organisation d’évènements par exemple, ce qui permet de créer une confiance sur la durée, ainsi qu’à travers des opérations où l’on invite le donateur à venir sur le terrain.

Aussi, chez LIFE, on invite le donateur à créer une page de collecte personnalisée pour un puits par exemple, et c’est une manière de le sensibiliser et de faire en sorte qu’il s’approprie lui-même le projet. Il va pouvoir en parler à ses amis et à sa famille pour que les gens complètent cette collecte dont il sera l’ambassadeur.

Enfin, il faut créer du contenu sur les réseaux sociaux, et avoir des photos et vidéos en direct du terrain.

5. Justement, est-ce que toutes ces actions mentionnées dans les réponses précédentes sont mises en place chez LIFE?

Chez LIFE, toutes les choses dont je t’ai parlé sont mises en place. Les donateurs de LIFE insistent beaucoup sur la transparence. Le fait de pouvoir proposer à des bénévoles de venir sur le terrain pendant nos grosses opérations comme le Ramadan est un vrai gage de transparence.

Cette année, cela a été compliqué avec le COVID 19, mais habituellement, ils ont pour mission de rendre compte de la réalité aux donateurs. Ils ouvrent les colis de nourriture, vérifient ce qui est à l’intérieur, vont à la rencontre des bénéficiaires.

Le fait de pouvoir donner les coordonnées GPS de chaque puits, c’est aussi un gage de transparence car la personne peut prendre un billet d’avion et se rendre sur place pour vérifier que son projet existe bel et bien.

Enfin, LIFE, fait valider ses comptes annuels par un commissaire aux comptes qui est assermenté par l’Etat et qui vérifie chaque ligne budgétaire. Il va regarder comment chaque centime collecté a été affecté sur le terrain.

Ils sont ensuite validés par une Assemblée générale composée de membres fondateurs de LIFE, de bénévoles et de donateurs. C’est un vrai gage de transparence par rapport aux dons qui sont fait sur le terrain.

6. Certains critiquent le fait que “lorsque l’on donne aux démunis, il n’y a pas besoin de filmer”. Que répondre à cela?

Ce que j’aimerais leur dire, c’est que la population sur le terrain se sent extrêmement honorée. En fait, ils sont ravis de pouvoir témoigner face caméra et dire merci à ces gens qui sont à l’autre bout de la Terre et qui ont pensé à eux. Cela leur fait chaud au coeur.

Chez LIFE, on a toujours respecté une devise qui est de ne pas montrer la misère humaine. On a toujours montré les personnes d’une façon digne. LIFE refuse de travestir et de grossir les traits en montrant des gens qui pleurent ou qui sont dans des situations de détresse.

On a toujours voulu, par respect pour le bénéficiaire, le montrer dans une position digne, où il accepte de se faire filmer, où il est content et joyeux. C’est pourquoi il y a beaucoup de sourires dans les photos de LIFE. Cela leur fait plaisir car c’est leur manière à eux de témoigner de leur gratitude.

Par ailleurs, ici en France, comment motiver les gens à donner si derrière ils ne voient aucune de nos actions en images? Si tu ne montres pas des frères et des soeurs humains qui te remercient ? Pour les sceptiques, je leur propose de nous suivre sur les réseaux sociaux pour qu’ils se fassent leur propre idée. Peut-être que leur scepticisme disparaîtra alors.

7. Pour conclure, quelles sont les 3 valeurs essentielles à LIFE?

Le développement, l’autonomisation et l’innovation. Le développement car on vient en aide aux nécessiteux et aux personnes vulnérables sur la planète. L’autonomisation parce que l’on essaie de créer des projets innovants qui permettent l’autonomisation des populations sur le terrain.

Ce sont des projets que l’on ne trouve pas forcément partout mais qui sont dans l’innovation, notamment à travers notre programme Sapousse par exemple, de château d’eau ou de puits solaire. On envisage aussi à l’avenir d’aller vers des projets éducatifs pour éduquer les enfants au numérique.

2 réponses sur “COMMENT FAIRE CONFIANCE À UNE ONG HUMANITAIRE?”

  1. Bonjour,

    C’est bien pour tout cela que nous avons choisi LIFE ONG.
    Lorsque l’on confie son argent, on veut que celui ci soit utilisé dans un projet, en toute transparence.
    Nous avons questionné plusieurs ONG françaises avant de nous lancer, et malheureusement seules 2 ONG dont LIFE ont fait preuve d’une totale transparence dans le fonctionnement de l’ONG, la gestion… et la transmission de rapports financiers.
    Je ne sous entend pas que les autres ne sont pas honnêtes mais il est impératif que les ONG ne soient pas opaques dans leur rapport financier afin de lever tous les doutes.
    Merci en tous les cas à LIFE ONG d’avoir répondu à nos demandes, d’avoir été clairs, transparents et à l’écoute de nos souhaits.
    Que Dieu vous bénisse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *