Vers un avenir radieux ?

Chez LIFE, nous rêvons d'un monde meilleurUn monde où chacun boirait à sa soif, mangerait à sa faim, et prendrait soin de la terre. De cette façon, nous pensons que les conflits s'atténueraient, voir disparaîtraient. Utopique? Peut-être.

Il n'empêche que si nous nous y mettons tous ensemble, ce rêve pourrait un jour se réaliser. Ainsi, depuis 2009, nous avons décidé de nous engager contre ces trois fléaux: le manque d'accès à l'eau, la faim dans le monde et la déforestation.

Les habitants sont heureux d'avoir reçu un puits.

L'eau est le besoin le plus indispensable à l'homme. « Sans eau, il n'y a pas de vie », a-t-on l'habitude d'entendre auprès de nos bénéficiaires. Actuellement, plus de deux milliards de personnes n'ont pas d'accès à l'eau potable dans le monde, et cela tue environ 5 personnes par minute.

C'est pourquoi nous construisons des puits dans des villages déficitaires en matière d'accès à l'eau potable, situés dans les pays en voie de développement en Afrique et en Asie. 

En parallèle, nous assurons un suivi de la situation  sanitaire, nous réalisons de la sensibilisation auprès des habitants et nous intégrons les bénéficiaires aux projets, en formant par exemple des agents de santé.

La petite fille ne peut cacher son sourire en recevant le riz.

Le deuxième besoin élémentaire de l'homme, sans lequel il ne pourrait survivre plus de quelques jours, est la nourriture. Toutes les onze secondes, un enfant de moins de cinq ans meurt de faimCette situation nous attriste.

Pour répondre à cette problématique, nous avons mis en place la campagne «1Euro = 1Repas», qui permet de faire des dons de denrées alimentaires pour les plus démunis. 

À long terme, nous mettons également en œuvre différents projets, tels que la création de maraîchages, ce qui permet d'aider les populations à cultiver leur nourriture, tout en développant leur activité économique.

Enfin, notre terre a besoin d'air. En effet, entre 13 et 15 millions d'hectares de forêt disparaissent chaque année. Notre terre souffre, tout comme les agriculteurs et cultivateurs qui doivent faire face aux conséquences du changement climatique.

Et ce, principalement dans les pays en voie de développement, où les habitants vivent principalement de l'agriculture. Afin de protéger la faune et la flore, nous replantons, grâce à notre campagne Sapousse, des arbres en Indonésie, au Mali et à Madagascar.

Replantation d'arbres à Madagascar.

Sur la durée, nous contribuons également au développement économique des communautés, grâce aux formations en agro-foresterie par exemple.

Comme le relève cet article écrit par Guillaume Manzi,nous proposons pour chacune des problématiques citées ci-dessus des solutions à court et à long-terme. 

Que ce soit au travers de nos projets de lutte contre la faim, d'accès à l'eau ou de reboisement, l'objectif est de pouvoir, en plus de l'aide d'urgence apportée, permettre aux populations de se reconstruire, en faisant en sorte qu'elles deviennent elles-mêmes actrices de leur propre développement