Agir contre les catastrophes

Agir contre les catastrophes

Si une partie de nos actions sont des projets à long-terme, visant à apporter des clés aux populations pour les aider à se développer, une autre partie est d’agir dans l’urgence, lorsque l’on estime qu’il est de notre devoir de répondre immédiatement à une crise, naturelle ou humaine.

Ceci en apportant une aide sur le terrain, qu’elle soit alimentaire ou autre, dans l’objectif de sauver des vies. Depuis le mois de juin, nous avons ainsi, au sein de LIFE, mis en place plusieurs opérations d’urgence, en parallèle de notre grosse opération pour l’Aid.

Premièrement, nous avons agit en Grèce. Il nous a semblé indispensable d’intervenir au sein du camp situé sur l’île de Samos, où des milliers de migrants y vivent dans des conditions déplorables, que ce soit sur le plan sanitaire ou alimentaire. Et ce, d’autant plus depuis l’apparition du COVID.

C’est pourquoi nous avons souhaité faciliter l’accès des résidents et des populations locales à des denrées alimentaires de qualité, et ce, de façon continue. Le projet prend ainsi la forme d’une épicerie solidaire locale où des colis alimentaires sont distribués aux bénéficiaires.

L’une des habitantes nous a exprimé sa joie : “Je suis très contente parce que moi, je suis réfugiée. On m’a appelée et on m’a dit de venir prendre quelque chose pour l’enfant et pour moi. En tout cas, c’est une belle aide. Que Dieu bénisse ceux qui ont amené ça. Merci”.

Au total, 900 colis ont pu être distribués par LIFE, mais l’objectif final de cette épicerie est d’encourager un lien apaisé et solidaire entre les populations locales et émigrées.

Au Bangladesh, c’est une toute autre urgence qui nous a interpellés. En effet, la grande mousson, qui se déroule de juin à septembre, est indispensable pour l’agriculture mais cause chaque année d’énormes dégâts. Cette année, les spécialistes avaient prévenu que ce serait la pire inondation de la décennie.

Et en effet, au moins trois millions de personnes ont été touchées par ces inondations, soit un tiers de la population du pays. L’équipe de LIFE sur le terrain a pu distribuer 2000 colis à des familles vulnérables, fortement affectées par les pluies, dans les districts du Nord du Bangladesh.

Nous avons également mené des opérations de distributions alimentaires à Madagascar. En effet, dans le cadre des restrictions liées au COVID 19, un confinement total avait été imposé dans le pays, empêchant les habitants d’aller travailler et de se procurer à manger.

Mervine, maman de quatre enfants, est dans ce cas : “J’ai pas de travail fixe mais je suis lavandière. Lorsque personne ne m’appelle pour mes services, je ne gagne rien car je suis une mère célibataire. Depuis la pandémie, la vie est de plus en plus difficile car nous ne pouvons plus sortir de la maison pour gagner de l’argent. Les personnes qui demandent mes services n’ont plus d’argent non plus. Depuis le confinement, nous sommes en manque de tout”.

Au total, 1000 familles démunies ont pu bénéficier de kits alimentaires, contenant 30kg de riz, 3L d’huile, 2kg de sucre, 2 sachets de sel, 1kg d’oignons, 2 boîtes de tomates, 5 sachets de pâtes, 4 boîtes de sardines, 2 kg de soja et 1kg de légumes secs.

“Ces aides sont les bienvenues, je remercie beaucoup les donateurs et que Dieu les bénisse”, ajoute Mervine. En Indonésie, également, des distributions similaires se sont tenues, afin d’aider les personnes les plus affectées par le Covid 19. Là-bas, 500 colis ont pu être distribués.

Au Burkina Faso, une mission a été menée afin de redonner le sourire aux burkinabés, victimes d’attaques commises par des groupes armés et autres criminels. Depuis 2015, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader, le Burkina Faso étant devenue à son tour la cible d’attaques djihadistes, forçant de nombreuses personnes à se déplacer.

Ces distributions ont permis de distribuer des colis à plus de 1600 bénéficiaires. Elles visaient à aider tout particulièrement les déplacés internes, les sinistrés, les familles vulnérables ainsi que les personnes frappées par la famine.

Au Mali, 800 colis ont été offerts à des familles démunies ainsi qu’à des déplacés internes venus du Nord afin de leur apporter un soutien alimentaire en cette période de soudure (juillet et août).

Enfin, ces derniers jours, en Ethiopie, deux importantes distributions alimentaires se sont tenues au sein du camp de déplacés de Geladi, où les résidents manquent cruellement d’eau et nourriture. Au total, 832 colis ont pu être distribués, contenant des haricots, du riz, de la farine, de l’huile, des dattes et du sucre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *