Une fin d’année solidaire grâce à vous !

Grâce aux dons récoltés de la Zakat, LIFE a pu agir efficacement ces trois derniers mois sur le terrain, en vue d’aider les démunis, les déplacés et réfugiés, les élèves souffrant de malnutrition ou encore les agriculteurs en difficulté financière. Voilà le bilan des opérations.

Une épicerie solidaire et gratuite

 

Premièrement, nous avons décidé d’agir en Grèce, et plus précisément au sein du camp de réfugiés situé sur l’île de Samos. Au total, près de 6000 migrants vivent sur l’île, dans des conditions sanitaires et alimentaires précaires.

C’est pourquoi, nous avons décidé de mettre en place au mois d’octobre une épicerie solidaire et gratuite afin de pouvoir distribuer de la nourriture aux réfugiés et populations locales démunies. Au total, plus de 1300 colis alimentaires ont déjà pu être distribués, dont 560 packs pour des mineurs non accompagnés.

Une double opération alimentaire et de reforestation s’est déroulée fin octobre au Bangladesh. Ainsi, 1600 kilos de nourriture ont été distribués aux nécessiteux et personnes infectées par le COVID 19. Ces colis contenaient du riz, de l’huile et des lentilles.

Par ailleurs, un soutien a été apporté aux agriculteurs en leur fournissant des graines de manguiers. Ceci afin d’encourager les plantations et de les aider dans leur travail.

Impact de la pandémie du COVID 19

 

Fin novembre, c’est à Kibera, au Kenya, que nous nous sommes rendus afin d’aider les familles démunies souffrant des conséquences économiques de la pandémie de COVID 19.

« Ces derniers mois, depuis l’apparition du coronavirus, la situation est difficile. Cela a beaucoup affecté la communauté de Kibera. Les gens ont perdu leur moyen de subsistance et n’ont plus le choix de mendier. Ils n’ont plus rien à manger. Je suis très heureuse de ces colis car les sacs de riz pourront nous faire tenir au moins deux mois. Cela va beaucoup nous aider. Tout le monde est très reconnaissant de ces dons« , affirmait Zama, l’une des bénéficiaires.

Au total, 1000 familles ont bénéficié de colis alimentaires contenant du riz, de l’huile, du sucre et de la farine.

Une grande distribution de kits scolaires et de colis alimentaires s’est également tenue à Madagascar au sein de l’école Ambohibato Ambohimanambola, située dans la Région de Analamanga.

Les colis étaient destinés aux familles des élèves, tandis que des compléments alimentaires ont été directement distribué aux élèves souffrant de malnutrition, dû au manque de moyens financiers de leurs parents. Au total, nous avons pu, grâce à vos dons, offrir plus de 1635 colis alimentaires, 79 440 compléments alimentaires ainsi que 1986 kits scolaires.

La faim dans le ventre depuis un mois

En Somalie, nous avons opéré début décembre au sein de plusieurs camps de déplacés situés dans les régions de Benadire et Hiran. Les bénéficiaires étaient des personnes ayant été affectées par des inondations ou des patients de l’hôpital SDO.

Dans un premier temps, des traitements médicaux ont été mis à disposition des patients. Parallèlement, 1425 familles ont bénéficié de colis alimentaires. Celles-ci étaient sans nourriture depuis près d’un mois.

Si vous aussi, vous souhaitez aider les démunis à pouvoir manger à leur faim, n’hésitez pas à vous rendre sur cette page.

MALI : AGIR DANS LES ZONES DE GUERRE

En accentuant ses interventions dans trois domaines principaux que sont l’accès à l’eau potable, l’aide alimentaire et la reforestation, mais aussi sur des domaines annexes comme l’éducation et la formation, l’objectif de LIFE depuis sa création en 2009 est d’arriver à une société beaucoup plus équilibrée et à une meilleure répartition des richesses. Ceci afin de réduire de manière drastique les inégalités et d’arriver à une véritable cohésion sociale.

Dans toute association, il est ainsi primordial d’accorder une attention particulière à ce que l’action humanitaire soit fondée sur des valeurs morales et éthiques. Chez LIFE par exemple, les relations ne sont pas seulement fondées sur les principes de dons et de contre dons, mais nous favorisons une relation d’interdépendance exercée dans la transparence totale. C’est en ce sens que nous privilégions nos actions avec des partenaires locaux.

L’essentiel pour LIFE est de pouvoir évaluer ces jeunes associations qui ont besoin d’accompagnement, et de faire en sorte qu’elles répondent à nos besoins et exigences. Mêmes si celles-ci peuvent rencontres des lacunes du côté administratif, le point fort de ces structures est bien généralement la motivation de ses membres.

Aujourd’hui, nous accueillons dans cette nouvelle rubrique notre partenaire au Mali, Monsieur Dramane ARBY, président de l’ONG ADIL, pour nous faire un point sur la situation du pays et sur l’importance d’agir en zone de guerre, malgré les difficultés du terrain.

Pourriez-vous vous présenter et nous raconter votre parcours ?

 Je suis Dramane ARBY, Ingénieur géologue de métier. Cela fait maintenant 35 ans que je suis dans les actions de développement local. J’y ai travaillé en qualité de Superviseur, Chef de Projet ou encore Coordinateur.

J’ai eu le privilège de diriger l’association ADIL-MALI depuis 2012. Une association qui s’est transformée en ONG nationale en mai 2018. Depuis, l’ONG a principalement travaillé avec des partenaires comme LIFE, la MINUSMA et le PNUD (Programme d’appui aux communes vulnérables).

Ces partenariats ont jusque-là évolué dans les domaines suivants : l’hydraulique, l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, l’énergie et l’environnement.

 Pouvez-vous revenir sur le contexte actuel  au Mali?

 Le contexte politique au Mali est assez instable. On vit une période de transition politique depuis le coup d’Etat du 18 aout 2020. La junte militaire au pouvoir disait qu’elle avait pour mission de parachever la lutte du peuple malien pour le changement. Mais il y a une vive tension entre cette junte au pouvoir et la classe politique par rapport à la mise en place de l’organe législatif qu’est le Conseil National de Transition.

Le front social est en ébullition. Depuis la mise en place du gouvernement, les grèves ne font que se multiplier. De revendication à revendication, on tend vers un blocage socio-économique. Comme si le COVID19 ne suffisait pas!

Pourquoi au Mali, y a-t-il cette nécessité d’aller dans les zone proches des zones de conflits, de guerres, pour construire certains puits ?

Les zones abandonnées ou léguées en arrière-plan constituent partout des zones à risque de rébellion donc d’instabilité. Si le taux de couverture en eau potable est de 60% en moyenne à l’échelle nationale, au Nord, où la menace terroriste est présente, c’est autour de 50%. D’où le besoin de réalisation de nouveaux points d’eau.

Seulement, les forages de petites et moyennes profondeurs ne peuvent être exécutés que dans des zones particulières c’est-à-dire dans des territoires qui se trouvent non loin des cours d’eau. Dans le désert, une bonne partie du territoire au nord du Mali, le besoin en eau est crucial, mais cela nécessite de creuser à des grandes profondeurs, c’est-à-dire autour de 100 mètres.

C’est pourquoi nous sollicitons de plus en plus souvent la construction de châteaux d’eau, qui permettent de creuser plus profond. Nous en avons déjà réalisé plusieurs avec LIFE.

Quelle est la principale difficulté rencontrée sur le terrain terrain dans votre travail au quotidien ?

Depuis 2012, le Mali connaît une crise sécuritaire, qui s’est étendue sur une grande partie du territoire. Nous, nous agissons dans ces zones d’insécurité, à Mopti et Tombouctou. Nous ciblons les zones où on peut travailler, mais dans nos mouvements, nous ne sommes pas libres. On doit être très prudents pour mener nos activités.

Nos zones d’intervention sont en  grande nécessité d’eau car on est au Sahel. La pluviométrie est faible, les cours d’eau sont menacés et les nappes ne sont pas bien alimentées. Comme les nappes sont très profondes, ce n’est pas facile de pouvoir les atteindre.

Parfois, on va dans une communauté où les besoins en eau sont immenses mais malheureusement, nous ne pouvons pas faire le forage. C’est alors vraiment le désespoir. Pour nous, mais encore plus pour la communauté qui ne comprend pas. Ces difficultés peuvent amener quelques problèmes sur le terrain avec les populations.

Vous avez fait de nombreux forages avec LIFE. Quel évènement vous a le plus marqué?

Un jour, on est venus dans une zone. On leur a dit qu’on était prêt à faire un forage. Mais il fallait une source d’eau à proximité pour pouvoir alimenter la machine et créer le point d’eau. Sauf que là-bas, il n’y en avait nulle part, même pas un marigot. La distance de la source d’eau la plus proche était à 3km.

Ils nous ont demandé des bidons, on leur a fourni. Mais on n’y croyait pas. A notre grande surprise, tout le village, filles et garçons, jeunes et vieux, s’est mobilisé. On est arrivés à huit heures, du matin, et il n’y avait même plus de place. Tous les bidons et jarres étaient remplis d’eau.

« On a tellement besoin d’eau, que même si vous nous dites de déplacer une montagne, on est prêts à le faire pourvu qu’il y ait de l’eau », dit le chef du village. Avec ça, on a pu vite terminer le point d’eau. Pour vous dire que parfois, on voit une détermination immense tellement que ça leur tient à coeur.

Quelle est la réaction des populations bénéficiaires après la venue d’un point d’eau ?

Quand ils reçoivent un point d’eau, c’est vraiment la fête au village. On a des images où on voit des danses. D’autres font des cadeaux. Ils nous offrent une chèvre ou un bouc. L’équipe qui a fait le forage, ils veulent les gratifier, tellement ils sont contents. Vraiment, c’est une joie pour eux!

Tu souhaites financer un puits ? Rends-toi ici.

QUEL AVENIR POUR LE CLIMAT?

Comme vous le savez déjà, en plus d’être activement engagée dans la lutte contre le manque d’eau, les famines, les guerres et les catastrophes naturelles dans le monde, LIFE est également une grande alliée de l’environnement.

En effet, nous nous sommes activés à mettre en place un programme de reforestation dans le but de lutter contre la déforestation mais aussi le réchauffement climatique. Et ce jour, nous célébrons la Journée mondiale du Climat !

 

Réchauffement climatique, qu’est-ce que c’est ?

On parle de réchauffement climatique pour désigner l’accroissement des températures qui se passe sur l’ensemble de notre écosystème depuis plus d’un siècle et demi. Cela est le fruit d’une énorme production d’énergie, aux gaz à effet de serre mais aussi à la déforestation. C’est donc une des résultantes des activités de l’homme.

Ce phénomène est la cause de nombreux dégâts environnementaux tels que la fonte des glaciers, la hausse des températures comme cité plus haut, l’érosion des plages, la salinisation des cultures ou encore l’augmentation du niveau de la mer. On assiste ainsi à une multiplication des catastrophes naturelles depuis plusieurs décennies.

Quelles conséquences ?

En 2020 par exemple, il y a eu une série d’incendies en Australie et dans l’Ouest des Etats-Unis (Californie, Arizona, Washington, Oregon) mais aussi des inondations au Népal et des invasions de criquets dans plusieurs régions du monde comme l’Afrique de l’Est, l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient.

L’intensification de ces catastrophes est le fruit du dérèglement climatique. Selon l’ONU, une augmentation des températures allant de 3 à 5 degrés (Celsius) pourrait se produire d’ici la fin du siècle si les activités anthropiques ne changent pas.

LIFE au cœur de l’environnement

La Journée mondiale du Climat est une journée spéciale pour nous. D’autant plus que notre association, c’est plus de dix ans d’expérience et d’actions environnementales réalisées dans 25 pays au total !

Chez LIFE, nous sommes plus que jamais conscients de la nécessité d’agir contre le réchauffement climatique. C’est dans ce sens qu’intervient d’ailleurs le programme Sapousse dont l’un des objectifs est de planter des arbres afin de participer à un rééquilibrage concernant notre planète.

Ces bouquets d’arbres sont aussi un moyen de subsistance pour les populations bénéficiaires, d’où l’appellation « arbre économique ». Ce mois-ci, 2469 arbres économiques ont été plantés avec LIFE. Ainsi, nous vous invitons à nous rejoindre dans notre engagement à préserver l’environnement en posant plusieurs actions.

Vous pouvez faire un don afin d’aider au reboisement car oui, avec Life il est possible de planter des arbres en ligne ! C’est le moment d’agir afin de réduire les dégâts environnementaux causés par nos activités.

Et si on sauvait la planète ?

Cette Journée mondiale du Climat est aussi un rappel de l’urgence climatique globale à laquelle nous faisons face. Par conséquent, il est important et impératif de mener des actions qui contribueront à diriger le monde vers un avenir durable et en faire un lègue aux générations futures. Et si on sauvait la planète en posant des actes éco-responsables ?

Pour planter des arbres, c’est ici.