Projet de reforestation d’essences locales et de bambou en Indonésie

PRÉSENTATION DU PROJET

Où ? Sur l’île Célèbes en Indonésie, dans la région de Kulawi, dans le village de Namo.

Quand ? Le projet a débuté en octobre 2019 pour une durée de 6 mois.

Quoi ? Un projet ambitieux de reforestation et de renforcement de capacités.

Pourquoi ? La région de Kulawi est régulièrement touchée par des catastrophes naturelles ; les inondations et les glissements de terrain sont fréquents du fait de pluies diluviennes. 

Cependant celles-ci n’en sont pas les seules causes. La surexploitation des forêts et des sols par les hommes, ainsi que la présence d’une forêt tropicale humide aggravent ces phénomènes et participent à l’érosion des sols.

Dégâts après des inondations récentes à Namo.

En septembre 2018, la région a été touchée par un séisme puis par un tsunami, ces deux événements ont entraîné le rare phénomène qu’est la liquéfaction des sols. En fait, la montée des eaux rend les sols complètement meubles et entraîne l’enfoncement et l’effondrement des constructions

Ces catastrophes sont responsables de nombreux décès, de disparitions et de déplacements. Si rien n’est fait face à l’érosion des sols, les catastrophes vont se multiplier.

Phénomène de liquéfaction des sols

Phénomène de liquéfaction des sols

Notre projet de replantation de bambou et d’autres espèces endémiques apporte une réponse à cet enjeu. En plus d’être bénéfique à l’environnement, planter des arbres permet de fixer les sols et de limiter leur érosion. Par ailleurs ce projet est aussi un projet de renforcement de capacités. 

Il vise à former les habitants à la plantation et à développer des activités génératrices de revenus pour les populations locales, à partir des espèces plantées et d’autres éléments naturels.

Avec qui ?

LIFE s’est associée à une ONG locale pour créer ce projet. Notre partenaire est intervenu lors des catastrophes de septembre 2018 pour apporter une aide d’urgence. Il connait le terrain et la population.

 De plus, LIFE a déjà travaillé avec cette ONG l’an dernier dans le cadre de distributions alimentaires lors du ramadan. Cette fois, c’est un projet de développement que nous lançons avec cette ONG.


LES ACTIVITÉS

Ce projet développe principalement trois activités. 

La première activité est la plantation de bambous et d’autres espèces endémiques. Notre partenaire local avec notre soutien a déjà planté plus de 2000 arbres depuis le début du projet. En ce début d’année, il lance sa troisième session de plantation, on vous explique comment ça marche !

La plantation est une activité qui se découpe en plusieurs étapes :

Il s’agit d’abord d’aller trouver les graines ou pousses des espèces que l’on souhaite planter. Ici à Namo, lorsqu’une session de plantation est lancée, une équipe se rend tous les jours dans la jungle trouver des graines, jusqu’à ce que la serre soit remplie.

Trouver des graines n'est pas un travail aisé. Ce jour-là, le groupe a ramené en 2h un cinquantaine de pousses de bambou.

Ensuite, il faut planter les graines ou les pousses dans la serre. Au préalable il faut préparer la la terre, la mélanger à de l’engrais naturel, la mettre dans les sacs plastiques, il faut aussi préparer les graines ou pousses avant de les planter.

Une fois plantées les graines resteront un mois dans la serre et feront l’objet d’un entretien régulier.

Après un mois dans la serre les plantes ont bien poussé mais ne sont pas encore prêtes à être plantées dans la nature, c’est pourquoi elles sont emmenées deux semaines à « l’entrepôt de transition ».

En ce moment, ce sont 8000 plants de 9 espèces différentes qui se trouvent dans l'entrepôt de transition.

Ces deux semaines passées, elles sont prêtes à être plantées ! Les familles peuvent venir les récupérer. Elles doivent alors remplir une fiche de suivi qui permet à notre partenaire local d’avoir les informations suivantes : le nom des personnes qui vont planter, le nombre d’arbres plantés, les espèces d’arbres plantés et la localisation des plantations. 

Déjà 27 familles ont planté près de 1800 arbres !  Notre partenaire peut aider les habitants à planter et va lui aussi planter chaque semaine. 

Les deux autres activités mises en place dans ce projet sont des activités artisanales : la fabrication d’objets en feuilles de pandan et en rotin, ainsi que la fabrication de mobilier en bambou et en rotin. Ces deux activités ont été lancées début janvier et en sont encore au stade des formations.

Une femme réalise un sac en feuille de pandan.

En effet ces activités demandent un apprentissage. Pour chacune d’entre elles, notre partenaire local a mis en place des sessions de formation. Il travaille en collaboration avec la faculté locale de foresterie pour les formations à la plantation et s’appuie sur les compétences de certains habitants pour les formations à l’artisanat.

Un ancien forme un groupe d'hommes à la fabrication de mobilier en bambou.

LES BÉNÉFICIAIRES

Le village de Namo est divisé en 4 hameaux. L’objectif de ce projet est de former et d’autonomiser, dans chaque hameau, 60 familles à la plantation ainsi qu’à l’artisanat à partir de feuilles de pandan, de rotin et de bambou. 

Aujourd’hui ce sont 115 familles sur l’ensemble du village qui sont capables de planter du bambou et d’autres espèces endémiques ! Certains habitants ont appris à créer des matelas, des sacs et des toits en feuilles de pandan. D’autres savent désormais fabriquer du mobilier, des tables et des chaises en bambou et en rotin.

Les activités s’organisent par groupe. Le groupe est autonome et porte pleinement le projet. Lors de réunion de groupe, notre partenaire local est simplement facilitateur des discussions.


LA SUITE DU PROJET

Les formations à l’artisanat sont encore en cours. Des nouvelles sessions de formation à la plantation commenceront en février. En effet, l’objectif de ce projet est que ces formations bénéficient à 240 familles.

Les familles qui ont déjà suivi les différentes formations à la plantation ou à l’artisanat peuvent transmettre leurs connaissances aux autres habitants du village. 

A terme l’objectif est de pouvoir vendre les objets fabriqués à Namo, jusque Palu notamment. Pour cela, l’ONG locale est en train de développer un partenariat avec le gouvernement, afin que celui-ci fasse de la publicité de ces produits.

En avril, à la fin du projet, 20000 arbres auront été plantés ! SAPOUSSE à Namo !

Stop Covid-19 au Burkina Faso

En parallèle de notre grosse opération Ramadan “1euro=1Repas” à travers 11 pays du monde, nous avons également été présents du 9 au 16 mai au Burkina Faso afin d’y mener une action d’urgence “Stop Covid 19” contre les risques de propagation de la maladie.

En effet, le Burkina Faso a été l’un des pays d’Afrique les plus touchés par le virus au début du mois de mars. D’où l’urgence de mener une action de sensibilisation et de distribution de vivres ainsi que de kits d’hygiène.

Après une première action de remise de dons à Ziniarié dans la région du Plateau central le 9 mai, une deuxième action a été mise en place dans les communes de Ouagadougou et de Saaba.

L’identification des bénéficiaires s’est faite main dans la main avec les autorités administratives, religieuses et coutumières. Au total, 200 personnes vulnérables du troisième âge, notamment des femmes, ont pu être identifiées.

Lors de la distribution, le 16 mai, les bénéficiaires ont tout d’abord reçu de quoi renforcer leur système immunitaire au travers d’un colis de vivres comprenant 10kg de riz, 5kg de maïs, 5kg d’haricot, 5kg de pâtes alimentaires, 1L d’huile ainsi qu’un paquet de sucre.

Un kit d’hygiène leur a ensuite également été remis, comprenant deux savons, un masque et du gel hydro-alcoolique. Par ailleurs, une fontaine à eau a été offerte à l’école Sud de Kamsonghin, où se tenait la cérémonie.

"Je suis content de ce que j'ai reçu. Je dis merci à ceux qui sont venus nous soutenir dans cette situation difficile et honteuse. Nous avons fui nos maisons et nos villages du fait de l'insécurité. Mais aujourd'hui nous avec reçu une aide qui va beaucoup nous aider. Encore merci à ceux qui ont pensé à nous. Que Dieu leur rende au centuple", affirmait l'un des bénéficiaires, Oumarou Dicko.

Par la même occasion, l’équipe de LIFE a tenu à sensibiliser l’ensemble des personnes présentes aux gestes barrières à adopter et à la bonne pratique du lavage des mains. S’en est suivie une activité au cours de laquelle les bénéficiaires ont pu mettre en pratique les conseils reçus.

Enfin, une dernière distribution a pu être réalisée au sein de trois marchés situés dans la commune de Saaba. Cette dernière action a permis d’installer 5 fontaines à eau et de distribuer 300 kits d’hygiène.

A ce jour, le pays compte 53 décès, sur un total de 847 cas confirmés. Il figure parmi les pays d’Afrique ayant l’un des taux de létalité les plus élevés (7%), même si la situation semble désormais se stabiliser depuis quelques jours. 

Rappelons que ce pays, frontalier avec le Mali et le Niger, est par ailleurs fragilisé depuis que les premières attaques terroristes ont frappé le pays, en 2015.