LIFE plante des barrières contre les Tsunamis

LIFE plante des barrières contre les Tsunamis

Le 28 septembre dernier un violent tsunami s’est abattu sur les côtes Indonésiennes faisant plus de 2200 morts et plus de 200 000 personnes en situation d’urgence humanitaire !

LIFE a répondu présent pour répondre aux besoins humanitaires des victimes, mais il faut aussi agir en prévention car ces phénomènes naturelles se reproduiront SANS AUCUN DOUTE !

La mangrove une solution ?

La mangrove est une végétation d’arbres et d’arbustes qui conduit à la formation d’une multitude de petites criques, de canaux naturels et de zones marécageuses produisant une biodiversité bien utile à l’homme.

Le groupement de racines enchevêtrées que produisent les palétuviers va permettre de ralentir la vague et de la briser voire même de l’arrêter. Dans le cas de l’Indonésie et des pays tropicaux concernés par les tsunamis, la mangrove est donc une protection naturelle. Ainsi les populations ne seront pas touchées car les vagues auront été stoppées au niveau de la cette végétation.


On peut estimer que la mangrove couvre plus de 15 millions d’hectares dans le monde dont près de la moitié se situe dans les zones qui ont été frappée par des Tsunamis. Certains experts estiment qu’en Inde, ce sont plus de 1700 personnes qui ont été protégées du Tsunami de 2004 qui a fait plus de 200 000 morts sur les 7 pays d’Asie touchés.

crédit : enviro2b

Cela est confirmé par une étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Cet organisme a comparé le nombre de victimes entre deux villages du Sri-Lanka frappés par de gigantesques vagues dévastatrices lors du tsunami du 26 décembre 2004. On a alors constaté seulement 2 morts dans le premier village, disposant d’une mangrove contre 6000 décès dans un village de la même zone n’ayant plus de forêt côtière car elle avait été transformée en complexe touristique.

Cela montre bien que la mangrove joue un rôle efficace contre la propagation des tsunamis. Les conclusions du coordinateur de l’IUCN sont claires : « Nous avons étudié les dommages causés par le tsunami. Dans certaines zones, les dommages étaient minimes et la mangrove a joué un rôle. La recherche a montré que les mangroves étaient capables d’absorber entre 70 et 90% de l’énergie d’une vague normale ».

Et contre le réchauffement climatique ?

Le palétuvier (espèce plantée dans les mangroves) a de très bonnes capacités de captation et de séquestration du carbone et lutte donc efficacement contre le réchauffement climatique.

Ensuite cet arbre, dont les racines sont dans l’eau, accélère la régénération de la biodiversité locale souvent massacrée par les hommes au profit de la rentabilité à court terme (huile de palme). Ainsi, nous voyons que les parcelles plantées par LIFE à Sumatra (Indonésie du Nord) ont fait revenir les poissons, les crevettes, les abeilles. Bref, une manne pour les populations locales qui peuvent compléter leurs revenus et améliorer leurs conditions de vie.

La mangrove un sanctuaire pour la faune sous-marine et la reproduction des espèces
crédit :  nationalgeographic

Ecologiques, économiques et spirituelles, les 3 raisons qui nous poussent à reforester.

Mais aujourd’hui avant tout, il s’agit de sauver des vies dans le future.

Plantons ensemble en Indonésie des arbres « protecteurs » avec la campagne SAPOUSSE (1 arbre= 2€).



👋

Tsunami en Indonésie : « La terre a aspiré les gens »

Tsunami en Indonésie : « La terre a aspiré les gens »

La situation est de plus en plus catastrophique pour des milliers de familles qui ont tout perdu dans le tremblement de terre. Leur maison, leur bien mais surtout des membres de leur famille. La plupart des familles du nord de cette 5e plus grande ile de l’Indonésie pleure un proche. Plus de 2000 personnes sont déclarées mortes car elles ont été retrouvées. Mais entre 5000 et 12000 autres ont carrément disparu.

Le sol s’est subitement liquéfié

Le tremblement de terre à détruit et écrasé de nombreux habitants , le Tsunami a ensuite tout emporté sur son passage. Mais ce qui a été encore plus destructeur, c’est la liquéfaction du sol. Il s’agit là d’un phénomène naturel qui fait qu’un sol à grains fins et saturé d’eau perd immédiatement sa dureté en raison de vibrations sismiques puissantes et devient liquide. La terre a aspiré les gens dans l’eau et la boue.

L’action de LIFE

Depuis 8 jours, nos équipes sont à pied d’œuvre sur le terrain. Nous travaillons dans la Ville de Sigi, et plus précisément dans le district de Kulawi / village Namo qui comprend plus de 501 familles sinistrées sur 4 hameaux :

  • Hameau 1 – 146 familles
  • Hameau 2 – 143 familles
  • Hameau 3 – 171 familles
  • Hameau 4 – 41 familles

Le village se trouve à environ 70 kms de Palu, dans une zone très isolée, en haute montage. Les routes d’accès, encore très endommagées au village, n’ont été ouvertes que depuis 3 jours. Les besoins sont très importants et divers :  soins médicaux, appui psycho-social, approvisionnement en eau potable et aide alimentaire, bâches

LIFE en collaboration avec un partenaire local

Comme d’habitude et ce dans le monde entier,  LIFE apporte une grande importance à la valorisation du travail des organisations nationales. Pour traiter cette catastrophe, LIFE a choisi de consolider l’action d’une ONG Indonésienne de grande qualité.

Ils sont spécialisés dans la réponse à l’urgence, préparation aux catastrophes naturelles des populations dans les montagnes et les villages, préparation aux soins de première urgence sur l’ensemble du territoire, aide à la prise en charge psycho-social.

Notre intervention

Nous couvrons une grande partie des besoins des populations en produits alimentaires,  en eau potable, produits non alimentaires et kits d’hygiène. La première action se concentre sur le Hameau 4, le plus sinistré : une action en urgence et rapide car les achats sont effectués avec les stocks restants de la ville de Palu.

La deuxième action sera consacrée aux hameaux 1, 2 et 3. Compte tenu des volumes très importants, les commandes et achats sont effectués dans 2 grandes agglomérations de l’île : Mamuju et Makassar (20h de voiture). Les délais de livraison sont plus importants, il faut donc prévoir entre 7 et 9 jours.

La zone ciblée est très en demande, nous sommes la première organisation à intervenir sur place. Compte tenu de la situation désastreuse, nous choisissons de venir en aide à toutes les familles du village, considérant qu’elles sont toutes très vulnérables.

Les  distributions

LIFE a constitué des kits familiaux qui contiennent :

Cela montre bien que la mangrove joue un rôle efficace contre la propagation des tsunamis. Les conclusions du coordinateur de l’IUCN sont claires : « Nous avons étudié les dommages causés par le tsunami. Dans certaines zones, les dommages étaient minimes et la mangrove a joué un rôle. La recherche a montré que les mangroves étaient capables d’absorber entre 70 et 90% de l’énergie d’une vague normale ».

  • Kits alimentaires : 10kgs Riz4 boites de conserve de viandes de bœuf5 boites de conserve de sardines1 paquet de saucisses de poulet1 litre d’huile de cuisine40 portions de nouilles instantanées1 pack d’eau de 12 bouteilles
  • Kits non alimentaires : 3 couvertures2 nattes1 tente
  • Kits d’hygiène : 5 savons 5 brosses à dent2 dentifrices1 shampoing1 paquet de lessive3 sous-vêtements pour femmes3 sous-vêtements pour hommes1 seau pour douche et lessive

LIFE aimerait faire plus, notamment pour certains villages qui n’ont rien reçu encore.
Peu d’ONG sont vraiment opérationnelles.
On a besoin de vous.


👋

LIFE AU COEUR DE LA CATASTROPHE

Notre coordinateur « urgence » en Indonésie nous fait un premier point de la situation après le tremblement de terre et le Tsunami :

LIFE AU COEUR DE LA CATASTROPHE

« L’équipe LIFE est arrivée à Palu en début de semaine. La situation est catastrophique. Toute la région a été dévastée par le tremblement de terre.

L’équipe de LIFE est arrivée une des premières sur place.

Nous avons été rejoints par une équipe de pompiers urgentistes Français et des journalistes de France 24. A l’aéroport, des blessés s’entassent en attendant un vol militaire pour l’évacuation. Après une première réunion avec la coordination des secours mise en place par le gouvernement indonésien, LIFE a lancé une « exploration » sur le terrain.

D’abord à la capitale, Palu. La ville est en grande partie dévastée et ensevelie par la boue et des déchets apportés par la vague meurtrière. C’est le chaos total dans les villages environnant. Avec une équipe locale de 13 volontaires, les villages de Petobo et Sigi ont été évalués. De nouveau, 5 corps ont été sortis des décombres et de la boue. Enfin, LIFE a visité un camp improvisé par les sinistrés près de l’aéroport.

Ils manquent cruellement d’eau potable, de nourriture et d’abris pour se protéger du soleil de plomb la journée et de la pluie la nuit.

D’un point de vue logistique, c’est compliqué. On est contraint de s’approvisionner par des avions alors que l’aéroport a été partiellement endommagé. L’aide a beaucoup de mal à arriver. Par la route, on pourrait s’approvisionner depuis la ville côtière de Mamuju pour les denrées essentielles, y compris la nourriture et l’eau.

Les conditions routières sont mauvaises, en particulier sur trois kilomètres au Km 240 avant Palu. La durée du trajet est d’environ 15 heures. Aucun hébergement ou nourriture n’est disponible entre Donggala (la ville la plus touchée) et Palu.

Les télécommunications en cours de route ne sont pas fiables, parfois il n’y a pas de signal du tout. A Palu, bien que certains emplacements disposent d’un accès 3G, l’accès aux communications reste très difficile.

Près de 80% des routes côtières ont été endommagées par le séisme ou enfouies dans par le tsunami, du matériel jonchant bloque l’accès. Sur les routes, Il y avait plusieurs endroits où les gens demandaient de l’eau potable et de l’assistance. La ville de Palu n’a toujours pas d’électricité et est complètement dans le noir… ».

Les équipes de LIFE sur place insistent sur le fait que les habitants ont besoin en urgence d’eau potable et de nourriture.

Le kit familial d’urgence est essentiel actuellement.

Il y a aussi besoin d’abris et de carburant pour les groupes électrogènes.

Nous comptons sur nos donateurs pour appuyer nos équipes sur place. Un grand merci d’avance



<img role=” src=”https://s.w.org/images/core/emoji/12.0.0-1/svg/1f44b.svg”>