HAÏTI, NE LES OUBLIONS PAS !

Pauvreté, instabilité politique, catastrophes naturelles sont les mots souvent associés à Haïti. 

20170221_134525Octobre 2016, l’ouragan Matthew a frappé la côte sud de l’île causant de nombreuses pertes humaines et d’importants dégâts matériels. Le cyclone a détruit dans certaines zones la quasi-totalité des récoltes. Afin de répondre à l’urgence, Life est intervenue sur le terrain dès les premiers instants de la crise pour distribuer des bâches et des kits d’hygiène aux victimes. L’ONG a souhaité inscrire son action dans la durée, un programme de post-urgence et de développement a donc été établi en partenariat avec l’Institut de Coopération Internationale. C’est dans le cadre de cette collaboration, que je me suis envolée pour Port au Prince en Décembre dernier.

Le projet relèvement comprend 2 principaux volets :

– la réhabilitation des toits et maisons de 60 familles très vulnérables

– la relance de la production vivrière endommagée de 100 familles

IMG-20170217-WA0020Mon rôle : superviser la bonne mise en œuvre du projet, avec l’appui de du partenaire haïtien. La réalité du pays est difficile à appréhender pour un non-initié – l’implication et l’appropriation du projet par les acteurs locaux sont donc essentielles à la bonne marche de nos actions. Ensemble nous sélectionnons les bénéficiaires selon les critères de vulnérabilité établis par LIFE, rencontrons les populations pour évaluer les besoins, planifions les achats de matériaux et de semences, et travaillons à établir des partenariats avec d’autres acteurs du développement, associations, ONG locales ou internationales agissant sur place : Medair, Fondation AVSI, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), Fondation Julia & Jade, Haïti Futur. Faire un don ! 

Nous avons choisi de venir en aide à des populations vivant dans des zones rurales très enclavées – qui ne sont accessible qu’à pieds. Ces habitants n’ont reçu aucune aide ni des collectivités locales ou institutions nationales, ni des organisations non gouvernementales – l’aide humanitaire s’arrêtant souvent dans les zones urbaines et péri-urbaines. Ce programme profitera directement à plus de 500 personnes : elles pourront avoir un logement décent et ce avant la prochaine saison des pluies, se nourrir et tirer des revenus de la vente d’une partie de leurs récoltes – en somme combler des besoins élémentaires. Je participe !

20170221_134940En parallèle, LIFE a lancé la fabrication de 7 nouveaux puits dans différentes régions du pays, chacun des sites d’implantations compte en moyenne 3500 foyers bénéficiaires. L’objectif premier est de permettre aux habitants de boire de l’eau de qualité mais surtout de prévenir les maladies liées à l’eau et réduire les risques de propagation du choléra. C’est avec un grand enthousiasme que les équipes en charge des forages ont été reçues par les populations. Offrir un puits ! 

Chaque rencontre avec les bénéficiaires est une leçon d’humilité. Nos actions nous semblent si minimes devant leur gratitude, leur joie et leur satisfaction, et pourtant elles contribuent à une grande amélioration des conditions de vie de milliers de personnes…

Djénaba, Chef de Mission Haïti chez LIFE.

La Semaine de l’EAU à nouveau chez LIFE !

La semaine de l’Eau reprend du service chez LIFE !

Vous aviez été très nombreux à participer à cette semaine l’année dernière, en finançant des projets EAU ! C’est reparti pour une semaine : l’eau potable pour tous !

La semaine de l’EAU, c’est quoi ?EAU

La Journée mondiale de l’eau est une journée internationale qui se célèbre le 22 mars de chaque année avec des thèmes différents tels que les économies d’eau et l’amélioration des conditions d’accès à l’eau potable (qui est reconnu comme un droit fondamental).

Chaque année, des activités internationales sont réalisées au cours de cette journée. Mais LIFE a décidé qu’une journée, ça n’était pas assez ! En savoir plus…

L’or bleu…

L’eau insalubre est plus meurtrière et fait d’avantage de victimes que toutes les formes de violence, même plus que la guerre ! Dans le monde, ce ne sont pas moins de 2,6 millions de personnes qui meurent chaque année des suites de maladies hydriques et liées à un environnement malsain… Plus grave encore, 600 000 d’entre elles ont moins de 5 ans ! Découvrir les projets EAU de LIFE !

Le constat des équipes terrain :

Lors de ses nombreux périples humanitaires à travers le monde, la Team Life a été témoin de scènes insoutenables… Il y avait ces petites filles du village de Gléi au Togo, qui tentaient de filtrer une eau jaunâtre avec un simple pagne ! Difficile de croire qu’elles consomment cette eau contaminée tous les jours !

2Durant leur voyage humanitaire au Togo, les équipes ont visité plusieurs villages dont M’bobomoussoul, à 400km de la capitale Lomé. Là-bas, les sources sont polluées : 1 enfant sur 3 attrape des maladies liées à l’eau, 99% du village consomment l’eau de ces sources.

A Bagua, village de Tchaloumvi, nous avons marché longtemps avant de trouver un point d’eau. Les enfants nous ont accompagnés dans une ambiance joyeuse. Quant à nous, nous étions gênés de voir qu’ils n’étaient pas à l’école. Enfin arrivés, nous avons recherché la source pour laquelle nous avions autant marché. Grande fut notre surprise lorsque nous avons vu que les femmes devaient creuser dans le sable afin de récupérer de l’eau.

Nous nous sommes ensuite rendus à Pagala Gare, dans différents villages. Le constat était accablant : les puits étaient vides. Les villageois devaient parfois puiser une journée entière pour ne retirer qu’un seul sceau d’eau!

SAMSUNG

Pire encore, à Tchangana-kondji, la population s’approvisionnait en eau dans un puits installé par les allemands depuis 1978. Aujourd’hui ce puits n’a plus d’eau. Les habitants sont obligés de se rendre dans une retenue et de creuser autour afin d’en tirer une eau passablement potable. Du côté de Nima, même constat : les puits sont presque à sec, le peu d’eau qu’on peut en retirer n’est pas potable, on n’oserait même pas se laver avec!

Dans la région de Kabouréré, nous avons accompagné les habitants puiser l’eau. Nous nous sommes rendus compte qu’il s’agissait de petits creux dans la roche. Tout était récupéré au compte-goutte… À N’kaliboun, près de la ville de Bassar, les hommes boivent dans la même source que les bêtes, qui urinent et font leurs besoins dans l’eau en question.

Sur la route de Balanka, vision morbide, terre torturée, tel un champ de mines d’après-guerre. Les villageois ont creusé partout dans l’espoir de trouver de quoi boire. Seulement 36% des personnes ont accès à une eau saine au Togo.

Ce constat terrible et désolant est le même de village en village… Vous pouvez changer les choses ! J’agis !

Plus qu’une journée chez LIFE, c’est toute une semaine !

Depuis sa création, votre ONG vous offre la possibilité de financer des projets EAU pour les populations isolées d’Afrique et d’Asie : puits, sanitaires et bloc d’ablutions ! Vous pouvez également offrir le Pack 3 en 1 en fournissant ces 3 équipements au sein d’un même village! Je fais un don !IMG_9536

Un puits « made in LIFE » est à seulement 2495€ ! Vous pouvez même le réaliser pour moins que ça : en réunissant 10 personnes de votre entourage, vous avez l’opportunité de financer une source d’eau potable pour seulement 250€ par personne ! Vous avez le pouvoir d’offrir un puits à ces populations qui souffrent, alors foncez ! Agissez maintenant en offrant un puits ! Je participe !

Soutenez LIFE et La Semaine de l’Eau !

CTA_BLOG_SemaineEau

Sources : OMS, ONU, UNICEF, l’Association Africaine de l’eau (AAE), Baromètre 2015 de l’eau de l’hygiène & de l’assainissement par SOLIDARITÉ INTERNATIONAL.

DES NEWS DU LIBAN : NO PEN NO GAIN, ÇA CONTINUE…

No Pen No Gain : Pas de kit, pas de réussite !

Et voilà, LIFE vient de terminer la deuxième phase de distribution des kits scolaires au sein de l’établissement public Risalah (Le Message), situé à Aramoun, Mount Lebanon. Aujourd’hui 400 élèves âgés de 5 à 15 ans ont reçu un cartable contenant crayons, stylos, cahiers, feutres etc. Dans le cadre de cette deuxième phase de distribution 3125 kits scolaires ont été offerts à des élèves d’établissements formels et informels, de centres d’accueils pour réfugiés syriens et de villages isolés. Ces distributions ont eu lieu à Akkar (Nord Liban), Aramoun (Mont-Liban), Beyrouth, Bar Elias (Beqaa) et Saida (Sud Liban). Faire un don.

Le but de l’opération !_MG_7789 - Copie

Comme son nom l’indique, l’objectif est bel est bien de faciliter la scolarité de 10 000 enfants réfugiés syriens. Parmi les bénéficiaires, des orphelins parrainés par LIFE et des élèves d’établissements vulnérables situés dans tout le pays. En comptabilisant la phase 1 et la phase 2, ce sont 4125 kits qui ont été distribués et si tout se passe bien nous espérons atteindre 10 000 kits à la rentrée prochaine de septembre Insha’Allah ! Je participe ! 

_MG_7841 - CopieD’après Hanan Omari, responsable du département Parrainage et Education d’URDA, ce type de projet coup de pouce a un impact direct sur la scolarisation des enfants car même si les écoles publiques libanaises sont désormais ouvertes gratuitement aux réfugiés syriens les enfants ne vont pas l’école car les parents ne peuvent se permettre d’acheter leur matériel et de payer pour leurs frais de transport, cela étant particulièrement vrai pour ceux qui habitent dans des camps situés dans des zones isolées comme celles du Nord Liban ou Sud Liban. Découvrir la vidéo ! _MG_7814 - Copie

Rappelons que 54% des réfugiés sont âgés de 3 à 18 ans et que plus de la moitié de ces derniers ne sont pas scolarisés parce que leurs parents n’en ont pas les moyens, parce qu’ils ont été déscolarisés pendant des mois, voire des années à cause du conflit ou à cause de pratiques communes que sont le travail des enfants, la mendicité infantile ou encore les mariages précoces (Human Rights Watch 2016).

Kelly GENE, Chargée de mission Liban chez LIFE.

► J’OFFRE DES KITS SCOLAIRES :   https://life-ong.org/life-gifts/